head_b

Sauvetage de dindes dans un abattoir : Une activiste antispéciste en garde à vue.


CSAA : Le 28 février 2019, Romie (prénom d'emprunt) a été mise en garde-à-vue après avoir été brutalement interpellée chez elle. Motif : "vol aggravé de dindes à l'abattoir Corico".

Cette action de libération de l'association 269 Libération Animale a eu lieu le 27 août 2017. Romie a évidemment gardé le silence pendant son audition.

Romie témoigne de son interpellation :

"Il est 8h45. Quelqu'un frappe soudainement comme une brute à notre porte. Je ne réponds pas. Puis les coups deviennent insistants. J'entends alors : "c'est la gendarmerie, ouvrez !!!". Je refuse de leur ouvrir. Ils continuent à frapper et finissent par dire qu'ils vont fracturer la porte. J'entends ricaner, ils sont plusieurs derrière la porte. Mais je ne cède pas à leurs menaces si habituelles. Quelques minutes passent durant lesquelles ils frappent, s'arrêtent et frappent de nouveau. Puis tout a été très vite. Ils ont pété notre porte en une fraction de seconde. "Ben alors ! Il faut ouvrir !" me lance l'un d'eux. J'ai à peine eu le temps de demander le document autorisant cet acte qu'ils étaient déjà environ 8 gendarmes dans l'appartement en train d'ouvrir tous les placards pour chercher mon compagnon qu'ils souhaitaient embarquer avec moi mais qui n'était pas là.

Il y avait apparemment un mandat de recherche contre nous. 

Mandat de recherche délivré parce que nous n'avions pas honoré (tout en les prévenant) une de leur convocation à la gendarmerie remise à notre domicile quelques mois auparavant pour être entendus dans le cadre d'une audition libre. Ils m'annoncent que je suis placée en garde-à-vue à partir de cet instant. Ils ne soucient pas de savoir si j'ai des animaux. La porte était grande ouverte, mes chats apeurés par leur venue auraient pu sortir et atterrir sur la grande route. Ils m'ont fouillée puis m'ont menottée avant de m'embarquer dans leur voiture.

Dans ce petit village, ça a ameuté tout le quartier.

Ils me disent que si mon compagnon ne veut toujours pas se rendre à la gendarmerie pour être entendu, ils viendraient de nouveau pour le chercher de force. 

Après mon audition, j'ai été mise dans une cellule crasseuse et infecte en attendant la décision du procureur. J'ai été libérée vers midi. Il n'y a aucun transport en commun pour revenir dans mon village à une dizaine de kilomètres donc j'ai dû rentrer en stop".

Cagnotte du CSAA - Comité de Soutien aux Activistes Antispécistes pour les soutenir : https://www.cotizup.com/antispeciste


➡️ DEVENIR ACTIVISTE : http://bit.ly/devenir-activiste
💟 SOUTENIR MON TRAVAIL : http://tipeee.com/andysmileycinema

Aucun commentaire

Mon site vous a été utile ?

Faites un don pour le faire durer ! :)

Cliquez-ici !
Fourni par Blogger.