head_b

Sauvetage d'un-e deuxième lapin-e exploité-e pour la mendicité.


Reçu anonymement : "Deux-trois jours après avoir fait le premier sauvetage, nous revoilà au même endroit.

En arrivant sur les lieux on appréhendait un peu de retomber sur le.la même mendiant.e avec une nouvelle petite personne exploitée. On savait que si cela arrivait on se sentirait obligé.e.s d'agir, mais que cette fois, le.la mendiant.e et / ou le réseau de traficant.e.s qu'il y a derrière se seraient possiblement préparé.e.s à riposter.

Il faut dire que le premier sauvetage c'était déroulé plutôt facilement, et on imagine que c'est pas toujours comme ça que ça se passe...

Nous voila donc devant le même carrefour, et sans trop de surprises, le.la mendiant.e est encore là, et attaché.e au bout d'un ruban, encore un.e lapin.e...

Il y a toujours autant de passages de voitures et de piéton.ne.s sur ce carrefour, mais par contre, cette fois-ci, il y a également deux personnes adossées à un muret à environ 5 mètres de le.la mendiant.e.

On avait en tête que les réseaux de trafic d'autres animaux qui utilisent des mendiant.e.s pouvaient utiliser des gros bras, un peu comme des agent.e.s de sécurité qui surveillent et empêchent les gens comme nous d'agir. Et comme le premier sauvetage c'était il y a seulement quelques jours, c'était fort probable qu'ils.elles aient mis en place quelque-chose de ce type.

On a attendu à un endroit où le.la mendiante ne pouvait pas nous voir.

Au bout d'une heure environ, les personnes adossées au mur sont parties, et on s'est préparé-e-s à agir.

On avait pris un ciseau sur nous pour couper le ruban qui lui servait de laisse, et il nous fallait faire ça discrètement pour ne pas que les passant.e.s et/ou la police s'en mêlent.

On est donc parti dans sa direction dans un angle où il.elle ne nous verrait pas arriver. On s'est rapidement rapproché de le.la mendiant.e. L'un.e de nous a posé une main sur son épaule en lui disant gentiment de ne pas bouger pendant qu'un.e autre coupait la "laisse" au ciseau et mettait le.la lapin.e dans un sac de transport.

Le.la mendiant.e n'a rien dit, n'a pas bougé, mais nous a fixé avec un regard très en colère.

Deux fois en deux-trois jours, ça n'a pas dû lui arriver souvent...

On est parti.e.s rapidement, personne ne nous a suivi.e.s, et les passant.e.s n'ont pas non plus eu l'air de réagir.

Encore une fois, nous sommes conscient.e.s que la situation de cette personne n'est pas enviable et que la mendicité n'est pas une activité choisie par plaisir. Mais l'exploitation d'autres personnes, ici des lapin.e.s, qui n'ont rien à gagner à vivre cette vie, n'est pas justifiable, et ce, même lorsqu'on est soit même victime d'une oppression systémique (Capitalisme).

Ce.tte lapin.e vivra désormais dans une maison avec un jardin où il.elle pourra courir dans l'herbe, gratter le sol, et profiter d'un environnement calme, loin des voitures et des foules d'humain.e.s.

Mort au Capitalisme ! Mort au Spécisme !"


➡️ DEVENIR ACTIVISTE : http://bit.ly/devenir-activiste
💟 SOUTENIR MON TRAVAIL : http://tipeee.com/andysmileycinema

Aucun commentaire

Mon site vous a été utile ?

Faites un don pour le faire durer ! :)

Cliquez-ici !
Fourni par Blogger.